Drop d’une Chaussure de Running : qu’est-ce que c’est et pourquoi c’est important ?

Il y a quelques paramètres que l’on voit souvent apparaitre lorsqu’on choisit une paire de chaussure de running : le poids, le type de foulée (neutre, stabilisatrice, motion control…), et enfin le drop de la chaussure de running. Ce dernier critère, extrêmement important pour acheter une paire de chaussures de course à pied bien adaptée à sa morphologie et à sa pratique, est bien souvent largement méconnu des coureurs. Au début de ma pratique, il m’est moi-même arrivé d’acheter une paire de chaussures dites « low-drop » (drop faible) dans m’en rendre compte. J’ai compris après quelques foulées que quelque chose clochait…

Dans cet article nous allons explorer ce paramètre mal connu des coureurs : le drop de la chaussure de running. Qu’est-ce que c’est ? Est-ce vraiment important ? Et comment choisir le bon drop pour ses chaussures de course ?

Drop d’une chaussure de Running : qu’est-ce que c’est ?

Le « drop » d’une chaussure de running est un terme anglophone qui vient de l’expression complète « Heel-to-Toe Drop » qui signifie littéralement « La Pente du Talon aux Orteils ». Vous trouverez parfois l’abréviation HTT Drop en anglais, et plus rarement en français le terme « pente » de la chaussure de running.

Le « drop », mesuré en mm représente donc la différence de hauteur entre la semelle au talon de la chaussure et à l’avant de la chaussure. Il s’agit donc bien de la « pente » ou de l’inclinaison de la chaussure vers l’avant. Plus le drop est élevé, plus la chaussure est en pente vers l’avant. À l’inverse plus le drop est faible, plus la chaussure est plate.

Drop Chaussure Running : il correspond à la différence de hauteur entre le talon et l'avant-pied
Source Pogophysio

Le drop d’une chaussure de running du marché varie typiquement entre 0mm et 16mm. Les chaussures de course « standard » pour le grand public ont généralement un drop compris entre 8mm et 12mm. Depuis quelques années, le mouvement de la course « minimaliste » se développe avec force et prône le retour de chaussures avec des drops plus faibles, censées favoriser une foulée plus naturelle. Il y a donc de nos jours de plus en plus de chaussures sur le marché avec des drops de 4 à 6mm. A l’extrême on trouve des chaussures dites « zero-drop » avec un drop de 0mm. A retenir donc :

  • Drop de 0mm = chaussure plate/minimaliste/barefoot
  • Drop de 1 à 7mm = plutôt faible
  • Drop de 8 à 12mm = chaussure « standard »/« grand public »
  • Drop de 13mm et plus = plutôt élevé

Attention, le drop est un critère qui est parfois discuté car il n’y a pas de mesure universelle pour mesurer le drop. En effet, selon l’endroit où est mesuré l’épaisseur de la semelle à l’avant et au talon, la mesure peut varier légèrement.

Pourquoi le drop existe pour les chaussures de course à pied ?

Le drop n’a pas toujours existé pour les chaussures de running. Dans les années 1950, la plupart des chaussures de running du marché étaient plates, et avec une semelle intermédiaire plutôt fine. C’est dans les années 1970, avec le premier « boom » de la course à pied, que les fabricants ont commencé à faire de plus en plus de R&D et à faire évoluer significativement l’anatomie des chaussures de running. Notamment cette époque a vu l’arrivée de nombreux coureurs débutants qui n’avaient pas une grande expérience athlétique, et donc les marques ont cherché à rendre la course à pied de plus en plus confortable. L’épaississement des semelles au niveau du talon avait pour objectif de soulager les tendons d’Achille et les muscles des mollets des coureurs.

Drop Chaussure Running : avant 1970 la plupart des chaussures de cours à pied avaient un drop faible ou nul
Avant le « boom » de la course à pied en 1970, les chaussures de running avaient un drop plus faible, voire nul. La Nike Cortez a été l’une des premières chaussures de running « confortable ». Source Nike News.

Pendant presque trois décennies, un drop de 10 à 12mm a été la norme pour les chaussures de course à pied, jusqu’à la publication du populaire livre Born to Run de Christopher McDougall en 2009 qui a initié des mouvements de course à pied « minimalistes ». Pour les amateurs de course minimaliste, un drop faible ou nul favorise une foulée beaucoup plus naturelle avec un mouvement du pied et de la cheville plus naturels et une répartition plus homogène des forces lors de l’impact du pied au sol.

Même si le minimalisme n’est pas encore vraiment la norme parmi les coureurs, la plupart des marques de chaussures de running proposent des options « faibles drop » ou « zero drop ».

Le drop a-t-il un impact sur les performances de course et les blessures ?

Premièrement, il n’y a aucune étude scientifique qui prouve aujourd’hui que le drop a un impact sur les blessures pour les coureurs. En 2016, une étude publiée dans le American Journal of Sports Medicine a suivi trois groupes de coureurs pendant 6 mois. Le premier groupe utilisait des chaussures avec un drop de 0mm, le second des chaussures avec un drop de 6mm, et le troisième des chaussures avec un drop de 10mm. Pendant la période des 6 mois, environ ¼ des coureurs dans chacun des groupes a subi des blessures liées à la course à pied.

Cela dit, les défenseurs de la course minimaliste soutiennent que les chaussures avec une semelle trop épaisse sous le talon encouragent les coureurs à avoir une attaque talon beaucoup plus agressive qui finit à la longue par favoriser des blessures au genou. Il est vrai que si on compare la course à pied avec chaussures à la course à pied la plus naturelle possible, c’est-à-dire pieds nus, augmenter l’épaisseur d’amortissement sous le pied, et en particulier sous le talon, nous éloigne d’un mouvement de pied naturel.

Comment choisir le bon drop pour ses chaussures de running ?

Alors dans tout ça, comment s’y retrouver lorsqu’on est dans une boutique ou sur Internet et qu’on s’apprête à acheter sa prochaine paire de chaussures de running ?

Première règle : il ne faut pas changer brutalement de drop, au risque de s’exposer à des blessures pénibles rapidement. Si vous courrez aujourd’hui avec des chaussures « standard » (8-12mm), soit vous restez dans cet intervalle de réglage, soit si vous voulez expérimenter des chaussures avec un drop plus faible, vous commencez par acheter une paire avec un drop légèrement plus faible (6-8mm). Pas question en revanche d’aller directement sur une paire de chaussures « zero-drop ». La transition doit être faite en douceur. Si vous ne savez pas, restez sur un réglage standard : 8-12mm.

Drop Chaussure Running : les chaussures de course à pied minimalistes ont un drop faible ou nul
Les Chaussures de Running minimalistes ont un drop nul ou faible.

Si vous voulez expérimenter avec des drops différents, voici quelques lignes de conduite qui peuvent guider votre choix :

  • Si vous avez une attaque talon agressive et des mollets un peu raides, des chaussures avec un réglage standard (8-12mm) devraient faire l’affaire.
  • Si vous avez une foulée qui est naturellement plus orientée vers l’avant ou le milieu du pied, vous devriez pouvoir courir avec des chaussures à faible drop (4-6mm).
  • Si vous avez un historique de blessures au genou liées à la course à pied, alors les experts semblent s’accorder à dire qu’une chaussure avec un drop plus faible pourra être bénéfique, car elle aura tendance à déporter une partie des forces de l’impact plus bas dans la jambe.
  • En général, plus le drop est important, plus le bas des jambes (chevilles, tendons d’Achilles, mollets) sera soulagé et plus le haut des jambes (genoux, anches) sera sollicité.

Pour conclure, on peut dire que le drop est bien un paramètre important à prendre en compte lorsqu’on achète une paire de chaussures de running. Dans le doute, il est recommandé de rester sur un réglage standard (8-12mm). En cas d’envie d’expérimenter avec un drop plus faible, il est recommandé de diminuer progressivement le drop, et pas brutalement, afin d’éviter des blessures certaines. Comme souvent pour bien choisir ses chaussures de running, il n’existe pas de réglage parfait et tous les coureurs auront un ressenti très différent. L’idéal serait donc de tester plusieurs paires sur des durées un peu longues pour progressivement trouver son drop parfait, celui avec lequel on a l’impression que la chaussure est une extension naturelle du pied.

Et si vous connaissez déjà votre réglage de drop idéal, toutes les fiches conseil de Cours-Toujours.com vous donnent le drop de chaque paire de chaussure analysée, pour le modèle homme et pour le modèle femme (et oui il est parfois différent).

Si vous êtes en ce moment en train de changer vos chaussures de running, pensez à lire notre autre article : les 9 erreurs à éviter pour choisir ses chaussures de running.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire